4 mars 2014

Daniel Argimon (Sarriá 1929 - Barcelona 1996)

Daniel Argimon (Sarriá 1929 - Barcelona 1996) es uno de los grandes artistas informalistas catalanes. Este pintor, grabador y escultor tocó gran parte de las artes del siglo XX desde pinturas, collages, grabados y litografías hasta cine o escultura. En la década de los sesenta usó materiales roídos por el uso o el paso del tiempo y empezó a crear collages con cartones, papeles, fotografías, telas etc. Posteriormente trabajó otros tipos de materias. El informalismo y el gusto por la materia y el color son sus rasgos distintivos. Daniel Argimon fue un hombre muy comprometido políticamente, que luchó activamente contra el régimen franquista

Daniel Argimón est l’un des peintres les plus marquants de l’art informel catalan. Et à ce titre l’un des artistes espagnols les plus intéressants des dernières décennies. Né à Sarria (Barcelone) le 20 juin 1929, il est initié dès sa prime jeunesse au monde de l’art par son grand-père qui dirige une maison d’édition et de gravures. Il s’intéressera lui-même à cette technique tout au long de sa vie. C’est ainsi qu’il se familiarise avec le talent des maîtres des années 30 et 40 : Picasso, Braque, Chagall, Fujita. Argimon étudie le dessin et la peinture à Barcelone et très vite se découvre une attirance pour l’abstraction. Il fait de sa peinture une réponse à un régime social qu’il considère injuste ; puis la forme d’expression idéale du monde qu’il ressent. Argimón nous propose une rencontre avec la matière, avec la réalité directe, incorporée dans ses tableaux sous la forme d’objets quotidiens mis en valeur et élevés au statut d’œuvres d’art. Argimón se joue de la relation tactile et visuelle avec ses matériaux : cartons, dentelles, etc. Il les utilise pour leur forme, leur texture ou leur design, beaucoup plus que pour leur signification sociale. En fait, dans sa recherche pour représenter son vrai sens de la vie, Argimón explore différents chemins : de l’abstraction gestuelle, en passant par l’ombre figurative, pour aboutir à la symétrie et au parallélisme. C’est pourquoi chaque tableau d’Argimón est un monde infini à découvrir. Il disparaît à Barcelone en 1996.
 

blogger templates | Make Money Online